Zoom sur : Océane de l’Aumont

A 24h du lancement de la 10e édition du Régional Toutes Races Occitanie, petit retour sur le cru 2017 qui a mis en évidence la poulinière Océane de l’Aumont et sa production, trois de ses fils et filles et sa première petite fille. Chacun des membres de la famille est pour l’occasion rentré chez lui avec un podium, à la grande satisfaction de la famille Armengaud de l’Elevage le Courtal (81), propriétaire de la jolie grise depuis 2009. Issue d’une souche prolifique, sa production encore jeune s’illustre dès les premiers pas en modèle et allures jusqu’en sport. Zoom sur une poulinière qui s’impose dans le paysage régional !

Océanetête

  • Lignée paternelle

Véritable compétiteur né, Kooihuster Teake (alias Teake it Easy) a porté les couleurs des Pays Bas jusqu’au plus haut niveau et les Championnats d’Europe CSO de 1997 où il remporte la petite finale individuelle. Importé en France par la suite et après 4 ans d’arrêt, l’étalon reprend la compétition en dressage avec succès : il termine vice-Champion de France GP Elite en 2004 avant de remporter le titre l’année suivante obtenant ainsi son ticket pour l’échéance européenne de 2005. À ce jour, Teake est toujours le seul et unique étalon à avoir concouru aux Championnats d’Europe dans les deux disciplines !

Sa polyvalence s’exprime également à travers sa production avec plusieurs bons gagnants en dressage à l’instar de l’européenne Opale des Vents (IPD 138) ou de l’étalon Vasco de Montlieu (Champion des 4 ans, IPD 132), et en CSO avec, pour ne citer qu’eux, O Caliente del Sol (IPO 151), Opaluna (IPO 151), Nabuco d’O Vezauzière (IPO 150) ou encore Nightly Taken Ysandre (IPO 158). 

  • Souche maternelle

Forte de 18 podiums dont 12 victoires en 21 sorties en M&A entre 1986 et 2002, Soon des Etangs est une grande dame de l’élevage. Sa production a été des plus prolifiques en sport, on lui doit notamment Altess (1ère des pouliches de 1an, 2e des 2 ans, 3e des 3 ans), Candi (CSI), Ferry (IPO 138), Idol (étalon, IPO 131), Jenny (IPO 137), Leader (Champion des 5 ans C, IPO 147), Nobel (Champion suprême NF 2004, étalon, IPO 120) ou encore Queyras (vice-Champion suprême NF 2007, étalon, IPO 150), tous portant l’affixe « de l’Aumont ». Compte tenu de ses qualités de reproductrice, Soon s’est vue classifier Élite dans son stud-book, celui des New Forest. 

Queyras1
Queyras de l’Aumont (ph Poney As)

Soon est une fille de l’étalon new-forest Jolly des Ifs et de Cherry IV, importée de Grande-Bretagne.

  • Palmares

Océane a fait ses classes avec succès en épreuves d’élevage, se classant 3e du Local de St Amand puis 4e du National Pfs à 2 ans, avant de remporter le Régional de St Lo l’année suivante, terminant également 5e du National Pfs.

Mise au sport, elle se qualifie pour la finale des 5 ans D sous la selle d’un enfant et y décroche une mention « Très Bon ».

Saillie par la suite et achetée par l’Elevage le Courtal, elle retrouve les terrains de M&A mais cette fois-ci en tant que poulinière suitée, avec cependant toujours autant de réussite : 3e en 2012, 1ère en 2014 et 2015, 2nde en 2017 du Régional de Pitray en autant de présentations, elle décroche également en 2017 une 3e place au National Pfs !

  • Production

Verdict de l’Aumont (hongre par Quabar des Monceaux) : mention « Très Bon » à 4 ans, finaliste à 5&6 ans, IPO 120

Verdict
Verdict de l’Aumont

Absolue le Courtal (femelle par Aron N) : 1ère des femelles de 2ans au Régional de Pitray, mention « Excellent » à 4 ans, mention « Elite » et 3e du Championnat à 5 ans, finaliste à 6 ans, IPO 145

Absolue
Absolue le Courtal

Cityze le Courtal (femelle par Syriac) : 3e des foals femelles au Régional de Pitray, 1ère des femelles de 3 ans au Régional de Pitray

Cityse
Cityze le Courtal

Excel le Courtal (femelle par Syriac) : 1ère des foals femelles au Régional de Pitray, 2nde des foals femelles au National Pfs, 3e des poulinières suitées au Régional de Pitray 2017, 8e des poulinières suitées au National Pfs 2017

Falko le Courtal (mâle par Syriac) : 1er des foals mâles au Régional de Pitray, 5e des foals mâles au National Pfs, 1er des mâles de 2 ans au Régional de Pitray

Falko2ans1
Falko le Courtal

Hors Norm le Courtal (mâle par Montbazillac du Lin) : 2nd des foals mâles au Régional de Pitray

HorsNormfoal
Hors Norm le Courtal

Anecdote

Annick et Lionel Armengaud achètent Océane à M. Bernardin de l’Elevage de l’Aumont en 2009, le début d’une belle histoire. Lionel nous en dit plus sur sa protégée : 

– Comment s’est passé votre rencontre avec Océane de l’Aumont ? Qu’est-ce qui vous a tout de suite plu chez elle ? Racontez-nous.

L’achat d’Océane est le résultat de la rencontre lors d’un Sologn’ Pony entre de jeunes éleveurs intéressés par un étalon (Teake it Easy) qui avait participé aux championnats d’Europe dans deux disciplines et un éleveur connu et reconnu dans le monde du poney, M Marc Bernardin. Je profite d’ailleurs de cette interview pour le remercier de ses conseils et de sa confiance. Après une longue discussion sur les poneys et les origines, Marc nous a proposé une poulinière fille du fameux Teake it Easy et de Soon des Etangs, une excellente mère. Elle était suitée d’un fils de Quabar des Monceaux (étalon Jeune Génétique à l’époque ndlr), Verdict de l’Aumont, et gestante d’Aron N. Ce croisement nous donnera Absolue le Courtal. Marc préparait déjà l’arrêt de son activité et nous nous démarions. Un passage de relais en quelques sortes. Nous avons réfléchit à sa proposition le temps de regarder sauter les mâles de 3 ans et d’en discuter avec un couple d’amis venu avec nous au Sologn Pony. En fin de journée, nous avons conclu la vente sans avoir vu la ponette. Depuis, elle nous a permis de vivre de grandes émotions et de belles rencontres dans l’élevage du poney, toujours présentée par notre fils âgé de 10 ans à ses débuts. De mémoire, elle est la fille de Teake It Easy possédant le plus de points PACE à ce jour.

– Quelles sont les principales qualités d’Océane en tant que poulinière ? Qu’est ce qui ressort dans sa production dès le plus jeune âge ?

Océane est une poulinière qui correspond à notre vision de l’élevage poney. Un poney doit être fait pour les enfants. Océane possède un excellent caractère et elle le transmet à ses produits qui se montrent faciles tant en compétition qu’au quotidien. Elle possède un bon bout de devant, et pour ceux qui me connaissent, c’est un critère très important pour moi. Elle a de belles allures surtout le pas. Par contre, contrairement à nos autres poulinières, il nous faut lui choisir des étalons avec de la taille malgré ses 148 cm. Ses produits ont un bon bout de devant, du courage, et un caractère très proche de l’humain même s’ils sont joueurs. 

– Ses produits les plus âgés ont 5, 7 et 8 ans et tournent en CSO, parlez-nous d’eux ? 

Son premier poulain, Verdict de l’Aumont, a concouru en CCJP à 4, 5 et 6 ans avec Emilie Doche. Il est depuis deux saisons sous la selle d’une jeune cavalière avec qui il sort en P Elite pour l’instant. Vient ensuite Absolue le Courtal, qui nous a elle aussi permis de vivre une belle rencontre (à croire que la souche maternelle transmet également ce critère). Nous l’avons vendu à une jeune cavalière qui débutait son activité professionnelle et qui est tombée sous le charme de la pouliche et de son potentiel génétique. Elle a participé au Régional de Pitray à 2 ans où elle nous a fait une belle démonstration au saut et a remporté l’épreuve. Par la suite elle suivi le circuit classique des 4, 5 et 6 ans. Elle a effectué une saison de 5 ans excellente avec 100% de SF. Bref beaucoup de rêve pour les naisseurs et du bonheur pour sa propriétaire et cavalière Julie Valade. La troisième, Cityze le Courtal, fut elle aussi vendue à une cavalière professionnelle de la région, Florence Fages. Elle a également participé au Régional de Pitray où elle termine 3e foals puis 1ère à 3 ans. Sur ces trois produits, deux ont apporté un point PACE à leur mère, ce qui nous conforte dans nos choix.

– Vous avez fait confiance l’an passé à Montbazillac du Lin pour sa première saison de monte et faites régulièrement appel à la jeune génétique, n’ayant pas peur d’utiliser des reproducteurs inédits. Comment procédez-vous dans le choix du prétendant ? Qui sera le prochain pour Océane?

Le choix des étalons est le résultat de belles et longues discutions entre les membres de la famille. Nous sommes très attentif au modèle mais aussi à la souche basse, très importante pour nous. Nous regardons chacun de notre coté puis nous nous concertons et finalisons début d’année ensemble. Pour 2019, notre choix pour Océane n’est pas encore établi.

– De manière plus générale, qu’est ce qui fait une bonne mère selon vous ? 

Une poulinière pour nous c’est une bonne souche basse, un bon bout de devant et de belles allures, surtout le pas. Je suis très attentif à cette allure qui pour moi reflète l’activité et l’énergie d’un animal.

– Avez-vous déjà songé à la relève ?

Nous y pensons depuis quelques années déjà et nous avons commencé à faire reproduire l’une de ses filles (Excel) avant qu’elle ne débute sa carrière sportive. Pour compléter notre cheptel, nous pourrons parallèlement compter sur deux jeunes ponettes, Belle Ile et Europe. La première, Belle Ile de l’Aumont, est déjà bien indicée et possède 9 points PACE. La seconde, Europe le Courtal, est née à la maison et va sortir en CCJP à 4 et 5 ans, puis nous aviserons pour la reproduction. Elle est la soeur de Copyright le Courtal (mention Excellent à 5 ans à Saumur cet automne ndlr). Mais je me suis également laissé tenter par une pouliche issu d’un chef de race allemand. Elle va rejoindre le Courtal avant l’hiver. Voila pour le futur « prévisible » mais nous espérons pouvoir présenter encore de beaux poulains d’Océane.

En conclusion, je remercie tous les gens qui ont été ou sont à nos cotés. L’élevage est une passion qui demande beaucoup de temps et d’énergie et n’est intéressante que si elle est partagée.

familleArmengaud
La famille Armengaud : Annick, Lionel et Gaëtan
Publicités

Zoom sur : Bagheera des Barrous

Elue « Coup du Coeur du Jury » lors du dernier Régional Toutes Races de Midi-Pyrénées, la belle Bagheera des Barrous est née à Larcan (31) chez Pascale Lassus. Achetée puis mise à la reproduction à 3 ans par l’Elevage Langlade de Marjorie de Bon (32), elle est elle même issue d’un étalon Jeune Génétique Pfs et d’une jument de 4 ans lors de la saillie. Une parfaite illustration du fait de « raccourcir l’intervalle entre les générations » pour « accélérer ainsi le progrès génétique ». Zoom sur ce véritable cocktail de jouvence !

dsc00254

  • Lignée paternelle

Précoce, Rahan d’Hurl’vent (IPO 139) s’est démarqué dès son plus jeune âge : vice-Champion des mâles de 3 ans Pfs, il remporte le titre de Champion des 4 ans puis réalise un double SF en finale des 5 ans l’année suivante. Evoluant par la suite vers le plus haut niveau en passant par les 7 ans, il décroche en 2016 la 8e place du Championnat As Elite, après avoir notamment remporté l’Excellence de Pompadour. 

Issu du performer Selle Français Cap de B’Neville, international et Champion des Juniors 2006, Rahan est également un frère utérin du Champion d’Europe par équipe Nils d’Hurl’vent (Quick Star) et de la 3e des 7 ans 2014, Thémis d’Hurl’vent (Linaro). 

nils
L’Européen Nils d’Hurl’vent

Ses premiers produits ont désormais 6 ans, certains se sont déjà illustrés en sport à l’instar d’Akira d’Hurl’vent (3e des 4 ans, IPO 127), Aloupette de Quincey (Championne des 4 ans, IPO 133), Aria d’Hurl’vent (IPO 124) ou encore Axel de Blonde (6e des 5 ans, IPO 130).

  • Souche maternelle

Très jolie jument, véritablement faite en mère, Samara de Cydel a réalisé le doublé dans la classe des poulinières suitées du Régional Midi-Pyrénées, remportant le titre en 2011 puis en 2012, suitée cette année-là d’une pouliche par Don Juan V, Capoeira des Barrous

Samara est une fille de Najisco d’Haryns, Champion Suprême Pfs à 3 ans puis IPO 127 en sport, et de Gazelle du Chemin, qui malgré de nombreuses tentatives n’a eu qu’un seul autre poulain, Blueberry de Cydel, débuté en 5 ans cette saison. 

blueberry
Blueberry de Cydel, unique frère de Samara

Sa 2e mère a également produit Dalton du Mont (IPD 123) et Hauban du Chemin (IPO 124). Il s’agit là de la souche de l’étalon Titan du Mougard, à qui l’on doit entre autres Ilton de la Tour (IPO 155) et Farouk du Moulin (IPO 148). 

  • Palmares

Présentée sous la mère, Bagheera s’est classée 5e ex-aequo des foals femelles du Régional Midi-Pyrénées en 2011.

bagheera-bebe
Samara au National Pfs 2011

Mise à la reproduction à 3 ans, elle n’a plus refoulé les rings de M&A que cette année, et le moins qu’on puisse dire c’est que ce fut une rentrée fracassante ! Elle s’impose chez les poulinières suitées grâce à une moyenne de 15,5 avant de conquérir l’ensemble des juges qui lui adresseront leur « Coup de Coeur » de la journée. 

dsc00071
Samara, « Coup de Cœur » 2016

Anecdote

Propriétaire de Bagheera et naisseuse de ses poulains, Marjorie de Bon gère la carrière de sa poulinière avec attention. Elle nous en dit plus sur ses choix : 

Vous avez acheté Bagheera à 3 ans, aviez-vous déjà dans l’idée d’en faire une mère ? Pourquoi l’avoir choisie ? Racontez-nous.

En 2014 j’ai été licenciée pour motif économique et j’ai donc dû réfléchir à une reconversion professionnelle, j’ai décidé de concrétiser mon rêve de jeune fille: devenir éleveuse de chevaux de sport.

Le marché du cheval de sport étant saturé, je me suis renseignée sur celui du poney.

C’est là que j’ai pris contact avec M. Jean Louis Laurent, président de l’association des poneys de Midi-Pyrénées. Il m’a gentiment guidé sur le choix de mes futures poulinières. C’est de cette façon que j’ai acheté Bagheera et Capoeira des Barrous à Mme Pascale Lassus.

Bagheera m’a tout de suite plu tant par sa génétique que par son modèle.

Bagheera a 5 ans et déjà deux poulains à son actif. Vous avez choisi de la faire reproduire sans passer par la case sport, pourquoi ?

Quand j’ai décidé de me lancer dans l’élevage, j’ai fait le choix d’acheter des ponettes jeunes non débourrées avec une bonne génétique et donc sans carrière sportive.

Ce choix est purement financier car je n’aurai jamais pu m’offrir des ponettes indicées.

Bagheera est très facile à inséminer, ce qui me permet de lui adresser les étalons que je souhaite et c’est une bonne mère.

Effectivement Bagheera a déjà deux produits : Farantano Laplagne un fils de Mon Nantano de Florys et Gattaca Laplagne une fille de Welcome Sympatico.

Vous l’avez adressée cette année au très prometteur Daho du Paradis, c’est important pour vous de faire confiance à la jeune génétique ? 

Daho du Paradis a beaucoup de choses pour lui : son modèle, ses aptitudes au saut et sa génétique, donc je pense ne pas avoir pris trop de risques en le choisissant malgré son âge.

De plus le programme jeune génétique est financièrement intéressant pour l’éleveur.

Lors du choix des prétendants, comment procédez-vous ? 

Je choisis des étalons qui vont améliorer ma ponette, donc je sélectionne les pères en fonction de leur modèle, leur caractère, leur carrière sportive et celles de leurs descendants s’ils en ont.

Et dans un second temps je soumets mon choix à des gens compétents sur le sujet.

A quoi ressemblerait le mari idéal pour Bagheera ?

Daho du Paradis en est très proche… on verra si le produit le confirme… rendez-vous au Régional.

13103256_1790990577804817_7126825218750257127_n

Naisseuse de Bagheera, Pascale Lassus a fait le choix il y a 6 ans d’associer deux jeunes reproducteurs, avec l’inconvénient de n’avoir aucun recul sur la production ni de l’un, ni de l’autre. Elle nous en dit un peu plus sur sa philosophie d’élevage : 

Pourquoi avoir choisi un étalon de 5 ans à l’époque et qui n’avait qu’une seule génération de foals à son actif et non un performer testé sur descendance ? 

Le papier de Rahan m’avait dès le départ particulièrement séduite -un père performer et une souche confirmée- et puis il était très complémentaire de Samara. En outre, il faisait partie des étalons inscrits au programme jeune génétique et les frais de semence congelée étaient remboursés, ce qui est appréciable et incite à oser faire confiance aux jeunes étalons malgré le manque de recul face à des pères confirmés.

Qu’est ce qui vous a décidé à mettre sa mère, Samara de Cydel, à la reproduction à 4 ans, sans exploitation sportive préalable ? Est-ce quelque chose que vous faites régulièrement ? 

Je voulais faire saillir sa mère à la fin du printemps, je l’ai auparavant sortie sur deux épreuves Shf, mais j’avais accouché peu de temps auparavant et c’était compliqué de la sortir en épreuves à ce moment-là. J’avais également beaucoup de travail à l’élevage. La faire saillir m’a semblé alors naturel. J’ai par la suite vendu Bagheera pouliche à Marjorie, c’est elle qui a choisi l’étalon avec qui elle l’a mariée. Je lui ai alors dit que je trouvais ce croisement judicieux et que j aurais pu faire le même.

welcome

Zoom sur : FBI des Roselys

A quelques mois à peine, le jeune FBI des Roselys est déjà auréolé d’un titre de Champion de France acquis en août dernier face à un lot d’une vingtaine de sujets. Ce très charismatique bai brun est né dans la pourpre grâce à la conjugaison des savoirs-faire de l’Elevage des Roselys de Virginie Arias (12) sa conceptrice et de l’Elevage de Twin, propriétaire de sa mère qui l’a élevé jusqu’au sevrage. Zoom sur un cocktail réussi !

FBI-des-Roselys-ph.-Camille-KIrmann02

• Lignée paternelle

Magnifique poney de sport, Peps Domain (PFS) fut d’abord couronné Champion de France des mâles à 2 ans puis vice-Champion à 3 ans. Après avoir fait ses gammes sur le circuit classique à 4, 5 et 6 ans, il s’est illustré jusqu’en D Elite. Impressionnant de par sa force et son style, Peps ne laisse pas indifférent même s’il fait preuve d’un peu de caractère. Sa jeune production parle pour lui avec notamment Une Diva de Cogane, finaliste à 6 ans et dont le passage de dos n’est pas sans rappeler son père, ou encore les étalons Ustensile des Charmes et Un Instant de l’Ourcq, vainqueurs GP 7 ans Future Elite en 2015. 

Peps1
Peps Domain

Bon sang ne saurait mentir puisque Peps est lui même fils de deux bons performers : Kooìhuster Teake (alias Teake it Easy), seul étalon à avoir participé aux Championnats d’Europe en dressage et en CSO, et Acrobatie, grande gagnante en C1 Elite et mère des étalons Mitchou et Naxos Domain. De cette souche NF sont également issus les compétiteurs Kiela (IPO 141), Laius (IPO 122), Toutsy (IPO 124) et Sincey (IPO 123), tous Domain

mitchou2.jpg
Mitchou Domain, frère utérin de Peps

• Souche maternelle

Vedette du dernier Sologn’ Pony, Petite Moïse (PFS) n’aura laissé aucune chance à ses adversaires remportant les titres de Championne de France des poulinières suitées et Championne Suprême, tandis que ses fils FBI et Conseil d’Etat à Twin -approuvé étalon à 3 ans- confirmaient la qualité de sa production. 

Très élégante ponette brune, Petite Moïse possède de sérieuses références dans son papier. Elle est issue du croisement des deux performers Lancer x Linaro sur une souche prolifique en sport. Sa sœur utérine, la toute bonne Une Diva de Cogane (IPO 120), est une fille de Peps Domain, tout comme FBI. 

Une-Diva-de-Cogane-Peps-Domain-et-Pauline-Henry-ph.-Pauline-Bernuchon
Une Diva de Cogane, sœur utérine de Petite Moïse

Sa 2e mère, Rapsodie III, fut une grande gagnante début des années 90, sélectionnée par deux fois pour les Championnats d’Europe et mère de l’étalon Kaliméro Mahoud (IPO 156, IPC 132) et de Nefertiti Mahoud (IPO 139). 

Sa 3e mère, Holly Tree Pretty Maid, est à notamment l’origine de Jimbo Bonnetie (ISO 121), Kilt Bonnetie (ISO 122), et Mezzo Bonnetie (IPO 144).

• Palmares

Malgré son jeune âge, FBI s’est déjà illustré en M&A, se classant 2nd du Local de St Lô avant de remporter, comme nous l’avons déjà évoqué, le titre de Champion de France des foals mâles PFS 2015 avec un total de 16,71/20 face à un lot tout à fait sérieux puisque la moitié des concurrents décrochèrent plus de 15 de moyenne. 

11221579_1053591177999101_8167300096041952766_n

Anecdote

FBI a la particularité d’être né d’une location de ventre. Virginie Arias, éleveuse dans l’Aveyron, nous explique l’histoire de sa création : 

– Pourquoi avoir opté pour une location de ventre ?

Nous avons opté pour une location pour nous faire plaisir en ayant la possibilité d’acquérir un poulain avec une génétique de premier ordre, en ayant le choix du père et en pouvant utiliser notre affixe.

– Comment avez-vous choisi la mère et le croisement ?

Nos critères de sélection étaient : chic – sang – amplitude – force et surtout une très bonne souche basse.

Le choix s’est porté sur Petite Moïse pour sa génétique attrayante et son modèle hors-norme. Cela faisait déjà quelques années que je la suivais avec attention et que je disais à ma sœur « je rêve d’avoir cette poulinière à la maison !». A défaut de l’avoir à la maison, nous avons franchi le pas en la louant. Au vu de ses notes lors du Sologn’Pony, je pense que nous ne nous étions pas trompées !! Nous n’excluons pas d’acheter une de ses filles dans les années à venir si elle en a !!

En ce qui concerne l’étalon, après concertation avec Savina et Laëtitia sur les qualités et défauts de Petite Moïse, nous avons opté pour Peps Domain, qui avait, en plus, déjà été utilisé sur Musique Mahoud, la mère de Petite Moïse, croisement qui a donné la prometteuse Une Diva de Cogane que nous avions beaucoup aimée aux finales CCJP.

Nous sommes ravies du poulain qui pour le moment correspond tout à fait à nos attentes et en qui nous croyons beaucoup !

11059440_10153419928985330_7774604717725490054_n

L’Elevage de Twin, propriétaire de la mère de FBI, s’est chargé d’élever le poulain jusqu’au sevrage et de le préparer pour les M&A, notamment le National. Spectatrices privilégiées de l’évolution de cette perle brune, Laëtitia et Savina Blot-Dollfus nous parlent de leur protégé : 

– FBI est un poulain des plus prometteurs, quels sont ses points forts ? 

C’est un poulain avec de gros points de force et de bonnes allures. C’est très difficile de juger un foal mais globalement il présente la conformation idéale et moderne pour un futur bon poney de sport. Il fait également preuve de sang, qualité indispensable aujourd’hui pour un poney destiné à la compétition. Néanmoins, puisqu’il faut être objectif sur les produits qu’on fait naître, je dirais « attention à la forte personnalité de ce jeune mâle ».

11330003_1004450406246512_8607915573165758564_n

– Qu’est-ce qui vous a amené à proposer de la location de ventre ? Quels en sont les avantages et les inconvénients ? 

Nous avons remarqué que certaines personnes souhaitait accéder à de la génétique de premier ordre pour utiliser un étalon bien particulier. Nous leur mettons donc à disposition cette génétique, que l’éleveur ne possède pas chez lui, pour faire le croisement qu’il souhaite. Nous avons d’ailleurs nous même loué une poulinière à l’élevage du Péna de cette manière, et quand nos poulinières sont remplies par d’autres, nous avons donc nous-même la possibilité d’aller chercher de la génétique maternelle ailleurs, sans multiplier le nombre de poulains à naître dans un contexte économique difficile. Cela permet également de continuer à faire naître, et donc d’avoir davantage de retours sur la production de nos juments, alors que nous avons beaucoup de jeunes à valoriser et que nous pourrions donc estimer ne pas devoir faire naître une année pour des raisons économiques.

Concernant les aspects négatifs, le choix du père peut être problématique quand il ne convient vraiment pas à la ponette ou que nous ne l’apprécions pas pour d’autres raisons. Dans ce cas, nous le signifions à l’éleveur, qui change d’étalon (s’il n’avait pas un seul étalon dans sa liste) ou renonce à la location. Il est certain que nous ne laisserons pas faire un croisement qui n’a ni queue ni tête !

Il y a également quelques risques, plus que des inconvénients, à faire de la location de ventre… et notamment le fait d’être en partenariat avec un éleveur pendant un an et demi : de la conception au sevrage. Tout le monde ne partage pas la même vision et les mêmes méthodes d’élevage, il faut être sur la même longueur d’onde pour que cela se passe bien : niveau et qualité des soins, gestion des mères et des foals…. Les éleveurs louant le ventre se trouvant parfois aux quatre coins de la France, le rapport de confiance est primordial. Nous espérons n’avoir que des « loueurs » comme Virginie !!!!!