Chiffres : Les meilleurs indices régionaux 2015

Les indices de performance édités chaque saison par l’IFCE sont des témoins de la réussite d’un poney en compétition sportive sur une année donnée et se positionnent comme un outil de caractérisation utile bien que non infaillible. Petit tour d’horizon des représentants régionaux les mieux placés. 

Rappel concernant les critères de mesure de la performance (extrait IFCE)

Depuis 2013 en CSO et à partir de 2014 pour le CCE et le Dressage, deux critères entrent en compte dans le calcul des indices : 

– Le critère « classement » mesure la concurrence dans les épreuves en fonction des classements des partants dans les autres épreuves. Ce critère permet de valoriser la régularité des poneys (taux de classement). 

– Le critère « points » est basé sur le cumul annuel de points attribués selon la difficulté de l’épreuve et le classement du poney dans cette épreuve. Avant 2013, seul le critère « classement » était pris en compte dans l’indexation. 

Pour les 3 disciplines, des corrections sont ensuite apportées pour tenir compte de l’âge et de la taille du poney. 

Depuis 1997, l’indice de performance est accompagné d’un coefficient de précision (noté CP). Il dépend principalement du nombre de sorties mais aussi : 

– du nombre de partants dans chaque épreuve : un nombre plus élevé donne un CP plus élevé ; 

– du classement du poney : un poney classé a un CP plus élevé qu’un poney non classé ; 

– de l’homogénéité de la concurrence : plus le niveau de poneys d’une épreuve est identique, plus le CP est élevé. 

Ce CP est mentionné après l’indice, dans des parenthèses. Sa valeur varie entre 0 et 1 selon la quantité et la qualité des informations disponibles pour chaque poney : plus il se rapproche de 1, plus il est précis.

– inférieur à 0,60 : indice mal connu 

– entre 0,60 et 0,80 : indice assez bien connu 

– supérieur ou égale à 0,80 : indice connu avec certitude

Il faut aussi noter que chaque année : 

– 12% environ des poneys indicés atteignent ou dépassent l’indice 120 (les « bons »). 

– 1 à 2% environ des poneys indicés atteignent ou dépassent l’indice 140 (les « très bons »). 

Ainsi, la différence entre deux indices s’expliquera entre autres par la régularité des résultats et le nombre de sorties du poney ainsi que le niveau des épreuves auxquelles il a participé et celui des concurrents qu’il a rencontrés.

Sont considérés comme midi-pyrénéens (signalés par une étoile rouge) les poneys dont le cavalier est licencié dans la région. Si plusieurs cavaliers au cours de la saison, le plus récurrent sera retenu. 

  • En CSO (IPO)

Poneys de 8 ans et plus

CSO:8+

Quibel des Etisses (Pfs, f, par Quidam de Revel, Sf et Belle du Pont, Pfs par Fazay, Ar) / Sara Brionne (Ecurie Brionne – 31)

2e/54 du Championnat de France As Poney Elite, participation au Championnat d’Europe en individuel, IPO 158 (0,92)

Poneys de 7 ans

CSO:7

Une Muse d’Hurl’vent (Pfs, f, par Millefeux des Sureaux, Pfs et Rêverie, Pfs par Leadership, Co) / Camille Coloma (Poney Club de la Seillonne – 31)

13e/50 du Championnat de France des Poneys de 7 ans, IPO 158 (0,91)

United des Islots (Pfs, h, par Helios de la Cour II, Sf et Jonquille de Pléville, Pfs par Banagher Magee, Co) / Jeanne Sadran (Poney Club de la Seillonne – 31)

5e/137 du Championnat de France As Poney 1, IPO 149 (0,87)

Ultimo du Gévaudan (Pfs, m, par Linaro, Poet et Silverlea Martina, Nf par Silverlea Flash Harry, Nf) / Romane Raspide (Les Amis des Poneys de Grenade – 31)

4e/81 du Championnat de France Poney 1D Junior Excellence, IPO 140 (0,90)

Poneys de 6 ans

CSO:6

Vicking d’Hurl’vent (Pfs, h, par Mad du Bosc, Pfs et Reality Lou, Pfs par Louis, Drpon) / Camille Coloma (Poney Club de la Seillonne – 31)

Performant en As Poney 2, IPO 139 (0,87)

Poneys de 5 ans

CSO:5

Absolue le Courtal (Pfs, f, par Aron N, Drpon et Océane de l’Aumont, Pfs par Kooìhuster Teake, Poet) / Julie Valade (Team Top 82 – 82)

3e/151 du Championnat de France des Poneys de 5 ans taille D, mention « Elite », IPO 145 (0,80)

Poneys de 4 ans

CSO:4

Belle Ile de l’Aumont (Pfs, f, par Rock Star de la Fosse, Pfs et Eliss de l’Aumont, Nf par Silverlea Spring Fever, Nf) / Emilie Doche (Ecuries Bamaé Sport – 81)

8e/118 du Championnat de France des Poneys de 4 ans taille D, mention « Elite », IPO 136 (0,74)

Bianca Beauty (Copb, f, par Dun des Landes, Co et Kiffis Beauty, Oitp) / Marie Maurel (Ecurie de Cazals – 82)

Mention « Excellent », IPO 126 (0,84)

Baya de Bélesta (Co, f, par Admiral du Blin, Co et Jane de la Draye, Co par Power Boy du Parc, Co) / Julie Valade (Team Top 82 – 82)

3e/18 du Championnat de France des Poneys de 4 ans taille C, mention « Elite », IPO 126 (0,61)

  • En CCE (IPC)

Poneys de 7 ans et plus

CCE:7+

Kirielle des Vents (Land, f, par Caïd d’Arvor, Land et Dakota de Siougos, Land par Ques Broy II, Land) / Jasmin Kaisarly (Asso Domaine d’en Cayla – 31)

9e/32 du Championnat de France Poney 1C Excellence, IPC 156 (0,74)

Moorehall (Co, h, par Temp Active Atlas, Co et Mignight Glory, Co par Blue Smokie, Co) / Emilie Cavanhac (Ecurie du Sagittaire – 82)

Bon gagnant en Amateur 2 et 3, IPC 149 (0,77)

Poneys de 6 ans

CCE:6

Voltair de Lalande (Pfs, h, par Quoutsou, Pfs et Molène des Verrous, Pfs par Titan du Mougard, Pfs) / Liloï Lourde Rocheblave (Poney Club de la Seillonne – 31)

8e/32 du Championnat de France As Poney 2 D Excellence, IPC 156 (0,74)

Poneys de 5 ans

CCE:5

Aucun poney midi-pyrénéen 

Poneys de 4 ans

CCE:4

Aucun poney midi-pyrénéen 

  • En Dressage (IPD)

Poneys de 7 ans et plus

DRE:7+

Osbourne (Drpon, h, par Othello, Drpon et Rolanda H, Drpon par Benetton S, Drpon) / Mathilde Thevenot (Ecuries du Bouscassé – 32)

3e/11 du Championnat de France As Poney Elite, participation au Championnat d’Europe en individuel et par équipe, IPD 142 (0,88)

Poneys de 6 ans

DRE:6

Aucun poney midi-pyrénéen

Poneys de 5 ans

DRE:5

Aucun poney midi-pyrénéen

Poneys de 4 ans

DRE:4

Aucun poney midi-pyrénéen

NB : les tableaux de classements ont été réalisés par Poney As

Publicités

Chiffres : analyse de l’évolution du circuit classique régional

Le circuit des CCJP régionaux a connu ses débuts en 2007. Après une belle évolution sur les deux premières années d’existence -la moyenne d’engagés par jour ayant plus que doublé entre 2007 et 2008- le taux de fréquentation sera en baisse jusqu’en 2011 inclus. 2012 puis 2013 confirment une tendance inverse à la hausse, sans pour autant afficher d’augmentation significative. Le véritable déclic se fera en 2014 avec un record confirmé en 2015 et un taux de fréquentation doublé pour se hisser dans la moyenne haute des régions françaises.

chiffres comparaison autres rég 2015

Classement des régions en fonction de la moyenne des engagés/jour en 2015

1. Pays de Loire (56,2)

2.Normandie (54,5)

3.Nord (36)

4.Bourgogne : (32,9)

5.Franche-Comté (32,7)

6.Picardie (32,3)

7.Bretagne (31,8)

8.Midi-Pyrénées (31,6)

9.Ile-de-France (30,4)

10.Provence (29)

11.Rhône-Alpes (27)

12.Limousin (26,8)

13.Poitou-Charentes (26,5)

14.Centre-Val de Loire (25,6)

15.Auvergne (19,3)

16.Aquitaine (18)

17.Champagne-Ardenne (11,7)

18.Languedoc-Roussillon (11,6)

19.Alsace (8,4)

20.Lorraine (6)

21.Côte d’Azur (0,3)

22.Corse (0)

La tête est tenue par les régions Pays de Loire et Normandie, ces dernières se détachant nettement des autres. Midi-Pyrénées n’a pas à rougir avec une 8e place au mano à mano avec 6 autres régions dont la moyenne de participation est aux alentours de 30 partants/jour. 

 

  • Comment expliquer cette évolution positive de notre circuit régional ?

Observons tout d’abord la tendance nationale de ces dernières années illustrée par les engagés du Sologn’ Pony. Après une rapide évolution de 2007 à 2012, la fréquentation oscille ces dernières années aux alentours des 450 couples inscrits. Sur cette période de stabilité globale, les chiffres régionaux ont pourtant explosé. La bonne santé du circuit à l’échelle nationale n’est donc pas la seule explication à ce regain d’énergie.

chiffres ccjp rég:nat

Pour comprendre, ils nous faut donc observer la dynamique régionale et faire le parallèle avec la professionnalisation du circuit et la multiplication des cavaliers valorisateurs. Parmi ces derniers, certains amènent en épreuves cycles classiques d’autres cavaliers sous leur tutelle qui viennent allonger les listings (noté entre parenthèses +X dans le tableau suivant)

Explications pour la lecture du tableau : Les cavaliers recensés sont les cavaliers pro ou semi-pro midi-pyrénéens ayant participé à une saison minimum sur le circuit régional et à deux concours minimum (en M-P) sur l’année prise en compte à partir de 2011. Les poneys auront été sorti minimum sur deux concours (en M-P) par un cavalier pour être comptabilisés. Si un poney a eu plusieurs cavaliers au cours de la saison, le cavalier le plus récurrent sera retenu. 

poneys:cavaliers

Nous venons de voir que la multiplication des cavaliers valorisateurs ainsi que la hausse du nombre de poneys présentés par un même cavalier ont permis au circuit des CCJP régionaux de prendre son envol et de se pérenniser. Les organisateurs, rassurés par un nombre de partants en hausse, jouent le jeu et les concours se maintiennent d’année en année, voire se multiplient, assurant un circuit de formation sérieux pour les poneys locaux (avec cette saison la première édition d’une finale régionale). 

  • Mais cette évolution de la quantité s’est-elle réalisée au détriment de la qualité ? 

Pour essayer de répondre à cette question, comparons les mentions ramenées par les cavaliers régionaux en 2011 -juste avant le début net de l’évolution- et en 2015. 

comparatif mentions

Outre un nombre de poneys finalistes en hausse logique vue la multiplication des partants, nous pouvons constater une proportion de mentions passant de 50% à plus de 65%. A noter que le faible nombre de participants à la finale en 2011 rend la moyenne de cette année peu fiable et certainement surévaluée, l’évolution constatée étant d’autant plus encourageante. 

  • Force est de constater que

– Le nombre de poneys engagés sur le circuit régional augmente et ce même si les chiffres des engagés global au Sologn’ Pony restent stables

– Le nombre de cavaliers valorisateurs augmente ainsi que le nombre de poneys pour un même cavalier (pro)

– Le nombre de poneys finalistes augmente ainsi que la proportion de mentions ramenées

Nous n’avons pas porté d’attention précise à ce facteur mais il semble que la majorité des poneys présentés par les cavaliers régionaux appartiennent également à des éleveurs locaux. Il y a fort à parier que la légitimité acquise par le circuit régional comme vitrine de vente et de valorisation a incité les éleveurs à lui faire confiance pour leurs protégés. 

Le succès engendre le succès dit-on, aussi sommes-nous pris dans un cercle vertueux, gageons que cela dure…